Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.


La situation sanitaire du Burkina Faso, malgré une amélioration certaine, reste toujours dominée par une morbidité et une mortalité élevée dues aux endémo-épidémies. Elle est marquée par : une espérance de vie à la naissance qui est passée de 36,7 ans en 1960 à 50,4 ans en 1996 et à 57 ans en 2006. Le taux brut de mortalité reste élevé soit 11,8‰ en 2006 contre 15,5‰ vingt ans plutôt (1985).

La mère et l’enfant constituent les groupes les plus vulnérables. Selon les enquêtes démographiques et de santé et le recensement général de la population et de l’habitation, le ratio de mortalité maternelle est passé de 484 pour 100 000 naissances vivantes[1] à 307,3 pour 100 000 naissances vivantes[2] . Selon les mêmes sources, le taux de mortalité infantile est de 91,7 pour 1000 naissances vivantes et celui de la mortalité infanto-juvénile de 141,9 pour 1000 naissances vivantes.

4. Géographie- carte Burkina Faso.gif

Le profil épidémiologique du pays est marqué par la persistance d’une forte charge de morbidité due aux endémo-épidémies y compris l’infection à VIH et par l’augmentation progressive du fardeau des maladies non transmissibles.

Les principales maladies d’importance en santé publique sont le paludisme, les infections respiratoires aigües, la malnutrition, les maladies diarrhéiques, le VIH, le Sida, les IST, la tuberculose, la lèpre et les maladies tropicales négligées. En outre, le Burkina Faso est régulièrement confronté à des flambées épidémiques (méningite cérébro-spinale, rougeole, poliomyélite). Des efforts importants de prévention par la vaccination sont faits.

Les maladies non transmissibles sont en augmentation. Elles regroupent entre autres, les affections cardio-vasculaires, les troubles et maladies mentales, les maladies métaboliques comme le diabète, la malnutrition et autres carences nutritionnelles, les cancers, les maladies génétiques et les traumatismes dus aux accidents de la route. Cependant, les données collectées par le système national d’information sanitaire ne permettent pas d’apprécier l’ampleur de ces maladies. Certaines d’entre elles font actuellement l’objet de programmes particuliers pour mieux les maîtriser.

La santé des groupes vulnérables est influencée par ces maladies transmissibles et non transmissibles et reste caractérisée par une morbidité et une mortalité élevées.


References

  1. EDS, 1998
  2. RGPH 2006