Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Prestations de services

From AHO

Jump to: navigation, search

Le contenu en Français sera bientôt disponible.

In any health system, good health services are those that deliver effective, safe, good-quality personal and non-personal care to those that need it, when needed, with minimum waste. Services – be they prevention, treatment or rehabilitation – may be delivered in the home, the community, the workplace or in health facilities.[1]

Although there are no universal models for good service delivery, there are some well-established requirements. Effective provision requires trained staff working with the right medicines and equipment, and with adequate financing. Success also requires an organizational environment that provides the right incentives to providers and users. The service delivery building block is concerned with how inputs and services are organized and managed, to ensure access, quality, safety and continuity of care across health conditions, across different locations and over time.

Primary care as a hub of coordination: networking within the community served and with outside partners[2]

Attention should be given to the following:

  • Demand for services. Raising demand, appropriately, requires understanding the user’s perspective, raising public knowledge and reducing barriers to care – cultural, social, financial or gender barriers.
  • Package of integrated services. This should be based on a picture of population health needs; of barriers to the equitable expansion of access to services; and available resources such as money, staff, medicines and supplies.
  • Organization of the provider network. This means considering the whole network of providers, private as well as public; the package of services (personal, non-personal); whether there is oversupply or undersupply; functioning referral systems; the responsibilities of and linkages between different levels and types of provider, including hospitals.
  • Management. Whatever the unit of management (programme, facility, district, etc.) any autonomy, which can encourage innovation, must be balanced by policy and programme consistency and accountability. Supervision and other performance incentives are also key.
  • Infrastructure and logistics. This includes buildings, their plant and equipment; utilities such as power and water supply; waste management; and transport and communication. It also involves investment decisions, with issues of specification, price and procurement and considering the implications of investment in facilities, transport or technologies for recurrent costs, staffing levels, skill needs and maintenance systems.

Cette section du profil des systèmes de santé est structuré comme suit:

Résumé analytique

L’offre de soins est organisée autour des structures publiques et privées.

Le sous-secteur public de soins avec trois niveaux qui assurent des soins primaires, secondaires et tertiaires.

  • le premier niveau de soins est constitué par le district sanitaire qui comprend deux échelons avec le centre de santé et de promotion sociale (CSPS) structure sanitaire de base, le centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) structure de référence pour les autres formations sanitaires du district ;
  • le deuxième niveau est représenté par le Centre hospitalier régional (CHR) qui sert de référence et de recours aux CMA ;
  • le troisième niveau par le Centre hospitalier universitaire (CHU), niveau de référence le plus élevé pour les soins spécialisés.

Le sous-secteur sanitaire privé (environ 350 structures en 2010) se développe assez rapidement et touche le médicament et les structures de soins. Le sous secteur du médicament et des laboratoires est constitué par de nombreux officines et autres structures. Les établissements de soins privés comprennent les polycliniques, les cliniques, les cabinets de soins et les Centres médicaux avec antenne chirurgicale (Paul VI, Schiphra, St Camille, Nanoro).

Le sous-secteur de la médecine et de la pharmacopée traditionnelle dont les actions portent surtout sur l’exploitation ou l’utilisation des plantes médicinales locales.

Toute cette organisation des activités de santé est sous tendue par la mise en œuvre de la réforme sur le processus de décentralisation technique du système de santé. L’objectif de cette réforme est d’instaurer un système de santé de district qui, entre autres, permet d’une part d’allouer directement des ressources financières aux districts et d’autre part, d’adopter des textes réglementaires pour faciliter la mise en œuvre du processus. Elle concerne des soins de base, les soins de référence et les soins d’urgence.

L’offre de soins de santé est caractérisée dans son ensemble par une insuffisance quantitative et qualitative des soins, la faible implication des populations bénéficiaires et l’insuffisance de collaboration avec le secteur sanitaire privé.

L’offre de soins de base est essentiellement assurée par le CSPS et le CMA. En général, chaque CSPS offre le paquet minimum d'activités (PMA) [3] standard dès que les normes minimales en personnel et en équipement sont atteintes. En général, chaque CSPS offre le paquet minimum d’activités (PMA) standard dès que les normes minimales en personnel et en équipement sont atteintes. Le PMA comprend des activités promotionnelles, préventives et curatives. Cependant les CSPS du milieu urbain offrent, en fonction des ressources disponibles, des prestations supplémentaires souvent spécialisées.

Tableau: Evolution des Formations Sanitaires de 2006 a 2010 - Source: Ministère de la santé : Tableau de bord 2010

Les soins de référence sont organisés au niveau des centres médicaux avec antenne chirurgicale, des Centres hospitaliers régionaux et des Centre hospitaliers universitaires. Le circuit de référence du malade dans le système est de type pyramidal, allant de la base vers le sommet. Au bout de la chaîne, certains malades peuvent être référés à l’extérieur du Burkina lorsque les soins nécessaires à leur prise en charge ne sont pas offerts par le système national.

L’offre de service de soins est assure par les structures spécialises. En 2010, c’est près de 2000 structures sanitaires qui offrent des services de santé.


Notes de fin: Référence, sources, méthodes, abréviations, etc.

  1. Everybody’s business. Strengthening health systems to improve health outcomes. WHO’s framework for action (pdf 843.33kb). Geneva, World Health Organization, 2007
  2. Framework and standards for country health information systems, 2nd ed (pdf 1.87Mb). Geneva, World Health Organization and Health Metrics Network, 2008
  3. Paquet minimum d’activités. 137Ko