Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Social determinants

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Les déterminants sociaux de la santé sont les circonstances dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent ainsi que les systèmes mis en place pour faire face à la maladie. Ces circonstances qui reflètent des choix politiques, dépendent de la répartition du pouvoir, de l'argent et des ressources à tous les niveaux, mondial, national et local.

Il est démontré que les facteurs sociaux, y compris le niveau d’études, la situation professionnelle, le niveau de revenu, le sexe et l’appartenance ethnique ont une nette influence sur la santé de l’individu. Dans tous les pays, quel que soit leur niveau de revenu, il existe de fortes disparités en matière d’état de santé entre les différents groupes sociaux. Moins le niveau socio-économique d’une personne est élevé, plus le risque de mauvaise santé est grand.

Selon la littérature les enfants des 20% de ménages les plus pauvres ont près de deux fois plus de risques de mourir avant leur cinquième anniversaire que ceux des 20% les plus riches. Selon les données d’EPISTAT, au Burundi, 5204 enfants sont morts avant leur cinquième anniversaire en 2010, soit 14 enfants par, jour principalement à cause du paludisme (36%), de l’anémie (11%) des infections respiratoires (10%) et de malnutrition (5%).

La mortalité maternelle est un indicateur sanitaire qui fait apparaître les écarts importants entre riches et pauvres, mais aussi dans le même pays entre le milieu rural et le milieu urbain qui disposent de plus de structures d’accueil. Les pays en développement enregistrent 99% des décès annuels de mères dans le monde.

Près de 95% des décès par tuberculose surviennent dans les pays en développement. Il s’agit principalement de jeunes adultes dans leurs années les plus productives. Les adultes qui contractent la maladie ont d’autant plus de mal à améliorer leur condition économique et celle de leur famille.

Dans les pays à faible revenu, l’espérance de vie moyenne à la naissance est de 57 ans alors qu’elle est de 80 ans dans les pays à revenu élevé. Un enfant né au Burundi peut espérer vivre 50 ans alors que celui qui naît au Japon peut espérer vivre 83 ans.

Le Parlement européen a estimé que, dans l’Union européenne, les pertes liées aux inégalités en matière de santé se chiffraient à près de 1,4% du produit intérieur brut (PIB), soit presque l’équivalent du budget de la défense de l’Union (1,6% du PIB). Cela s’explique par les pertes de productivité et de recettes fiscales et par des dépenses sociales et de santé plus élevées.

La persistance des inégalités freine le développement : La réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) liés à la santé est compromise en raison du manque de services de santé desservant ces populations difficiles à atteindre.

En plus des déterminants de la santé ci-haut décrits, il est important de noter que les obstacles culturels, les pratiques néfastes à la santé et la faible accessibilité aux structures de soins restent des défis à relever pour le Burundi [1].

Références

  1. OMD Burundi 2010. 4,4Mo