Trial version, Version d'essai, Versão de teste

General country health policies

From AHO

Jump to: navigation, search

Public policies in the health sector, together with those in other sectors, have a huge potential to secure the health of communities.[1] They represent an important complement to universal coverage and service delivery reforms. Unfortunately, in most societies, this potential is largely untapped and failure to effectively engage other sectors is widespread. Looking ahead at the diverse range of challenges associated with the growing importance of ageing, urbanization and the social determinants of health, there is, without question, a need for a greater capacity to seize this potential. That is why a drive for better public policies forms a third pillar supporting the move towards primary health care, along with universal coverage and primary care (see figure).

Primary health care reforms necessary to refocus health systems towards health for all

The following policies must be in place:

  • Systems policies – the arrangements that are needed across health systems’ building blocks to support universal coverage and effective service delivery. These are the health systems policies (related to essential drugs, technology, quality control, human resources, accreditation, etc.) on which primary care and universal coverage reforms depend.
  • Public health policies – the specific actions needed to address priority health problems through cross-cutting prevention and health promotion. Without effective public health policies that address priority health problems, primary care and universal coverage reforms would be hindered. These encompass the technical policies and programmes that provide guidance to primary care teams on how to deal with priority health problems. They also encompass the classical public health interventions from public hygiene and disease prevention to health promotion.
  • Policies in other sectors – contributions to health that can be made through intersectoral collaboration. These policies, which are of critical concern, are known as “health in all policies”, based on the recognition that a population's health can be improved through policies that are mainly controlled by sectors other than health. The health content of school curricula, industry’s policy towards gender equality, or the safety of food and consumer goods are all issues that can profoundly influence or even determine the health of entire communities and that can cut across national boundaries. It is not possible to address such issues without intensive intersectoral collaboration that gives due weight to health in all policies.

This section of the health system profile is structured as follows:

Contents

Résumé analytique

The English content will be available soon.

Le Burundi a adopté une Politique Nationale de Santé [2] (PNS 2005-2015), qui est basée sur les Soins de Santé Primaires. Elle est mise en œuvre à travers un Plan National pour le Développement du Secteur de Santé et des Plans Stratégiques sous sectoriels.

Le Ministère de la Santé et de la lutte contre le Sida vient d’élaborer son 2ème Plan de développement sanitaire (PNDS II) 2011-2015 [3] à l’issu d’une évaluation externe de son PNDS I 2006-2010. Il a également élaboré un Cadre de Suivi Evaluation du PNDS II, ce qui constitue un avantage par rapport au PNDS I. Etant donné que le MSPLS s’oriente vers l’approche de planification programmatique en laissant tomber l’approche projet, ses équipes viennent de terminer une proposition pour le « compact » à discuter avec les partenaires dans le cadre du démarrage de l’approche sectorielle (SWAP).

Dans le cadre de la collaboration intersectorielle associant tous les partenaires, le Ministère a mis en place un Cadre de concertation des Partenaires pour la Santé et le Développement (CPSD).

Le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida s’est engagé à améliorer la santé de la population en renforçant la qualité des services de santé et en assurant l’accès au traitement grâce aux réformes ci-après :

  • La réforme politique majeure est la fusion des deux ministères : celui de la lutte contre le sida et celui de la santé publique devenant ainsi « Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida »,suite au décret n°100/08 du 13 septembre 2010 portant structure, fonctionnement et missions du gouvernement de la République du Burundi [4] ;
  • La mise en place d’une direction générale de la planification incluant une direction du Système d’information sanitaire (SNIS) ;
  • La décentralisation par la mise en place des districts sanitaires ;
  • Le financement basé sur la performance et la contractualisation,
  • la gestion et la production des ressources humaines ;
  • La gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes jusqu’à l’accouchement


La mise en place des districts sanitaires a permis de mettre en réseau l’hôpital de district et les centres de santé de son aire de responsabilité et d’organiser un système de référence et de contre référence.

La contractualisation, l’affectation et le redéploiement du personnel ont permis aux structures de soins de recevoir les patients tous les jours 24 heures sur 24, même dans les structures les plus reculés du pays.

Une autre mesure qui a augmenté la fréquentation et l’utilisation des services de santé est la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans et pour les femmes enceintes et celles qui accouchent. Cela a permis d’augmenter le taux d’accouchement assisté passant de 29% en 2005 selon l’Enquête MICS (Multiple Indicator Cluster)[5] 2005 à 60% en 2010, d’après l’enquête EDS 2010 [6].

La Politique Nationale de la Santé du Burundi 2005-2015 est basée sur l’accès universel aux services et soins de santé de base afin de réduire la charge très élevée de morbi-mortalité.

Le Burundi a souscrit aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et à tous les engagements Internationaux (dont les Soins de santé primaires), régionaux (membre de l’EAC) et sous régionaux (Pays des Grands Lacs) en matière de Santé. Le Burundi est également l’un des pays pilotes du Partenariat International pour la Santé (IHP+) en Afrique.

Vue d'ensemble des réformes politiques

Politique de santé publique

Politique du système de soins de santé

Politiques intersectorielles et dans d'autres secteurs d'activités

Priorités et pistes pour l'avenir

Autres

Notes de fin: sources, méthodes, abréviations, etc.

Référence

  1. Systems thinking for health systems strengthening (pdf 1.54Mb). Geneva, World Health Organization, 2009
  2. Politique Nationale de Santé 2005-2015. doc 188 Ko
  3. PNDS 2011-2015. 895Ko
  4. . Décret 100-254 2011. doc 38Ko
  5. MICS 2005. 1,8Mo
  6. Résultats préliminaires. EDS 2010. 840Ko