Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Health system outcomes

From AHO

Jump to: navigation, search

Health systems have multiple goals.[1] The world health report 2000[2]defined overall health system outcomes or goals as improving health and health equity in ways that are:

  • responsive
  • financially fair
  • make the best, or most efficient, use of available resources.

There are also important intermediate goals: the route from inputs to health outcomes is through achieving greater access to, and coverage for, effective health interventions without compromising efforts to ensure provider quality and safety.

The health systems access framework[3]

Countries try to protect the health of their citizens. They may be more or less successful, and more or less committed, but the tendency is one of trying to make progress, in three dimensions:

  • First, countries try to broaden the range of benefits (programmes, interventions, goods, services) to which their citizens are entitled.
  • Second, they extend access to these health goods and services to wider population groups and ultimately to all citizens: the notion of universal access to these benefits.
  • Finally, they try to provide citizens with social protection against untoward financial and social consequences of taking up health care. Of particular interest is protection against catastrophic expenditure and poverty.

In health policy and public health literature, the shorthand for these entitlements of universal access to a specified package of health benefits and social protection is universal coverage.

This section of the health systems profile is structured as follows:

Contents

Résumé analytique

The English content will be available soon.

Résultat du système de santé

Dans le cadre de la réduction de la mortalité générale, il est difficile de confirmer l’atteinte des objectifs du PNDS (Plan National de Développement sanitaire) I parce qu’il n’existe pas un système de notification efficace des cas de décès en dehors des structures de soins.

Toutefois, nous notons une certaine réduction de la mortalité maternelle, infantile et infanto-juvénile comme le montre le tableau ci-après.

Mortalité maternelle, infantile et infanto-juvénile.png


L’amélioration de la santé maternelle et infantile résulte de la combinaison synergique des activités préventives, promotionnelles et curatives. La meilleure manière de réduire la mortalité maternelle est la prise en charge effective des soins obstétricaux d’urgence ainsi que l’amélioration de la prévalence contraceptive.

La bonne couverture vaccinale qui est passé de 34,8% en 2005 (MICS - Multiple Indicator Cluster) à 83% en 2010 (EDS) et à la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans ont contribué à la réduction de la mortalité infantile et infanto-juvénile.

Des activités pour réduire les maladies transmissibles ont marqué des progrès appréciables. Le nombre de personnes dépistées du VIH a augmenté de 37% entre 2008 et 2009. Une augmentation de plus de 62% des sites PTME (Prévention de la Transmission du VIH de la Mère à l’Enfant) a également été enregistrée entre 2008 et 2009. La lutte contre la tuberculose a marqué des progrès appréciables au cours de la mise en œuvre du PNDS 1. Les taux de détection des TP M+, de succès thérapeutiques et de guérison ont constamment augmenté pour atteindre respectivement de 44% à 53%, de 79% à 89,7% et de 52% à 68,7% entre 2005 et 2008.

Dans la lutte contre le paludisme la disponibilité des médicaments de première ligne subventionnés a permis l’accès aux soins. Des campagnes de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées d’insecticides ont été organisées sur tout le territoire. Les moustiquaires sont également données gratuitement aux enfants qui se font vacciner contre la rougeole et aux femmes enceintes qui se présentent en consultation prénatale pour la 1ère fois au cours de leur grossesse.

Burundi1027.JPG

Depuis l’instauration de la PCIME (Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant) en 2006, les activités réalisées sont essentiellement des formations de prestataires de soins en milieu clinique. La PCIME communautaire n’est pas encore bien développée au Burundi.

Le financement des ménages au titre des paiements directs des soins de santé représente 40% de la dépense totale de santé [4]. Cette situation limite l’accès aux soins pour les ménages les plus pauvres qui utilisent plusieurs manœuvres pour faire face à ces paiements de soins qui aggravent leur précarité (vente de parcelle ou de bétail).

La gratuité des soins aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes, la gratuité du traitement des personnes VIH positives, des tuberculeux, des lépreux et du paludisme permet une accessibilité financière à une bonne proportion de la population d’accéder à des soins.

Aperçu général et résultats systémiques

Priorités et pistes pour l'avenir

Autres

Notes de fin: sources, méthodes, abréviations, etc.

References

  1. Everybody’s business. Strengthening health systems to improve health outcomes. WHO’s framework for action (pdf 843.33kb). Geneva, World Health Organization, 2007
  2. The world health report 2000. Health systems: improving performance (pdf 1.65Mb). Geneva, World Health Organization, 2000
  3. The world medicines situation (pdf 1.03Mb). Geneva, World Health Organization, 2004
  4. Comptes Nationaux de Santé, Burundi 2007, Août 2009