Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Liderança e governação

From AHO

Jump to: navigation, search

O conteúdo em Portugês estará disponível em breve.

The leadership and governance of health systems, also called stewardship, is arguably the most complex but critical building block of any health system.[1] It is about the role of the government in health and its relation to other actors whose activities impact on health. This involves overseeing and guiding the whole health system, private as well as public, in order to protect the public interest.

It requires both political and technical action, because it involves reconciling competing demands for limited resources in changing circumstances, for example with rising expectations, more pluralistic societies, decentralization or a growing private sector. There is increased attention to corruption and calls for a more human rights based approach to health. There is no blueprint for effective health leadership and governance. While ultimately it is the responsibility of government, this does not mean all leadership and governance functions have to be carried out by central ministries of health.

Experience suggests that there are some key functions common to all health systems, irrespective of how these are organized:

  • Policy guidance: formulating sector strategies and also specific technical policies; defining goals, directions and spending priorities across services; identifying the roles of public, private and voluntary actors and the role of civil society.
  • Intelligence and oversight: ensuring generation, analysis and use of intelligence on trends and differentials in inputs, service access, coverage, safety; on responsiveness, financial protection and health outcomes, especially for vulnerable groups; on the effects of policies and reforms; on the political environment and opportunities for action; and on policy options.
  • Collaboration and coalition building: across sectors in government and with actors outside government, including civil society, to influence action on key determinants of health and access to health services; to generate support for public policies and to keep the different parts connected – so called "joined up government".
  • Regulation: designing regulations and incentives and ensuring they are fairly enforced.
  • System design: ensuring a fit between strategy and structure and reducing duplication and fragmentation.
  • Accountability: ensuring all health system actors are held publicly accountable. Transparency is required to achieve real accountability.
Leadership and governance.jpg

An increasing range of instruments and institutions exists to carry out the functions required for effective leadership and governance. Instruments include:

  • sector policies and medium-term expenditure frameworks
  • standardized benefit packages
  • resource allocation formulae
  • performance-based contracts
  • patients' charters
  • explicit government commitments to non-discrimination and public participation
  • public fee schedules.

Institutions involved may include:

  • other ministries, parliaments and their committees
  • other levels of government
  • independent statutory bodies such as professional councils, inspectorates and audit commissions
  • nongovernment organization "watch dogs" and a free media.

Esta seção do perfil do sistema de saúde está estruturado da seguinte forma:

Contents

Résumé analytique

O conteúdo em Portugês estará disponível em breve.

La réforme de la gestion des finances publiques progresse rapidement. Les procédures et les systèmes sont modernisés (Loi Organique, Code des Marchés, Code des Douanes), le Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGEFI) a été étendu à la quasi-totalité de la gestion financière, et des plans de trésorerie et d’engagements assurent un meilleur contrôle de l’exécution budgétaire.

De nouvelles structures ont été mise en place pour lutter contre la corruption. La décentralisation est effective dans le secteur de la santé, même s’il manque un cadre juridique régissant les districts sanitaires et l’autonomie des formations sanitaires.

Dans le secteur de la santé, le pays dispose d’une politique nationale de santé 2005-2015 [2] et d’un Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2011-2015 [3] avec ses annexes (Cadre de dépenses à moyen terme- CMDT [4] et Cadre de suivi et évaluation) qui s’inscrivent dans un cadre plus global de réduction de la pauvreté [5].

Des réformes importantes ont été initiées afin d’améliorer la gouvernance du système de santé, à savoir :

  • la décentralisation par la mise en place des districts sanitaires,
  • la stratégie de financement basé sur la performance des résultats,
  • la gratuité des soins pour les femmes enceintes, les femmes qui accouchent et les enfants de moins de cinq ans et
  • le système de gestion, de production et d’affectation des ressources humaines

Un nouvel organigramme proposé à l’issu d’un audit institutionnel et organisationnel est en vigueur depuis janvier 2012. Cet organigramme va faciliter le dialogue intersectoriel, le processus de décision ainsi que la planification sanitaire. En effet, les innovations telles que la mise en place d’un secrétariat permanent, d’une direction générale de la planification, d’un Bureau de Coordination des Appuis Internationaux ainsi que la direction du système national d’information sanitaire vont permettre l’utilisation de l’information sanitaire pour planifier les activités de santé. L’instauration d’un Bureau de Liaison avec les Administrations Personnalisées Gouvernementales, les organisations non gouvernementales et les associations vont faciliter le dialogue sectoriel et intersectoriel.

La subdivision de l’Inspection Générale de la santé en trois directions à savoir :

  • l’Inspection de la Pharmacie, du Médicament et des Laboratoires,
  • la régulation des Accréditations et
  • l’Inspection des formations Sanitaires va faciliter le suivi évaluation de la réglementation et des normes sanitaires ainsi que l’application du règlement sanitaire international.

En termes de régulation et normalisation du secteur, un pas a été franchi à travers l’adoption de plusieurs textes réglementant le secteur et l’existence de manuels de procédures, de protocoles, de normes pour les ressources humaines et les infrastructures, le règlement sanitaire international. Le suivi et le contrôle de la mise en application de ce cadre institutionnel est assuré par l’Inspection Générale de la Santé. La création d’une cellule des Marchés Publics au sein du ministère est également une bonne opportunité pour assurer la transparence et la bonne gestion des marchés publics.

Dans le cadre de la promotion des droits humains, de l’éthique et de la déontologie, des ordres nationaux des médecins, des pharmaciens et le comité national d’éthique existent mais ne sont pas assez visibles et sont peu fonctionnels.

Contexte et historique du système de Santé

Ministère de la santé et autres institutions impliquées dans les questions sociales et de la santé

Elaboration de la politique et de la planification sanitaire

Réglementation, suivi et évaluation

Priorités et pistes pour l'avenir

Autres

Notes de fin: sources, méthodes, abréviations, etc.

Références

  1. Everybody’s business. Strengthening health systems to improve health outcomes. WHO’s framework for action (pdf 843.33kb). Geneva, World Health Organization, 2007
  2. Politique nationale de santé 2005-2015. doc 189Ko
  3. PNDS 2011-2015. 890Ko
  4. CDMT. 750Ko
  5. (Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte Contre la Pauvreté - CSLP 2011-2015). 3Mo