Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - HIV/AIDS

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

En 2005, la Côte d'Ivoire avait une prévalence de 4,7%. Les causes de la propagation du VIH résident dans le multi partenariat sexuel, dans la précocité des rapports sexuels, dans le faible niveau de connaissance des populations et de perception du risque sur le VIH, dans la persistance des inégalités du genre et de certaines pratiques culturelles telles que l’excision, le tatouage, le piercing, le lévirat, le sororat. Les groupes les plus exposés au VIH sont les jeunes ayant leur premier rapport sexuel entre 15 et 17 ans, les femmes adultes victimes d’abus et de violence sexuelles (30-34 ans), les couples sérodiscordants, les professionnels du sexe, les enseignants, les routiers, les hommes en armes, les MSM, les porteurs d’une IST et les tuberculeux. L’analyse de la pauvreté et le diagnostic de la lutte contre le Sida montre que le Sida doit être considéré comme l’un des principaux problèmes et défis de développement en CoteCôte d’ivoire. Malgré l’engagement de l’Etat dans la lutte contre le Sida, du point de vue du changement de comportement, seulement 22,2% des jeunes femmes et jeunes hommes âgés de 15 à 24 ans ont une connaissance exacte du virus, et 3% (hommes et femmes) connaissent leur sérologie (EIS-CI 2005).

La Côte d'ivoire a décidé de s'engager fermement dans la lutte contre le Sida à travers de nombreuses actions de promotion, de prévention et de prise en charge. A cet effet il a été créé des CDV et il a été instauré la gratuité des ARV (2008). Malgré ces efforts de l'Etat, le dépistage au sein de la population générale reste marginale 3,5%. Le nombre de personnes sous ARV est passé de 2 473 en 2003 à 72 011 en fin 2009 (Rapport national de la lutte contre le sida, 2009), le nombre d’OEV bénéficiant d’au moins un service (éducation, santé, juridique, nutrition, etc.) est de 102 109 soit une couverture de 63% en 2010. Dans le cadre de la PTME, 43% des sites de CPN offrent des services, 42% des femmes enceintes dépistées, infectées et éligibles au traitement ont reçu des ARV, au cours de l’année 2009