Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Tuberculosis

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

La tuberculose est connue aux Comores depuis de longues dates et est considérée par une partie de la population comme une maladie honteuse et inguérissable. Dès 1980, cette maladie a été classée comme problème de santé publique majeur.

Journée tuberculose - WR et le MdS

A cet effet, le Programme National de Lutte Contre la Tuberculose (PNLT) a été créé et une politique de prise en charge mise en place avec l’appui des partenaires dont l’OMS et Action Damien.

Pour apprécier l’ampleur de la maladie au niveau national, une enquête épidémiologique basée sur le test tuberculinique (la seule enquête effectuée aux Comores et qui est à la base de toutes les statistiques de cette maladie jusqu’à nos jours) a été effectuée au milieu des années 1980. Les résultats de cette enquête ont donné une prévalence de la tuberculose évaluée à 60 cas pour 100.000 hab. Le Pays dispose d’un Plan Stratégique conte la tuberculose 2011-2015.

Le traitement de la tuberculose en Union des Comores se déroule en deux phases :

  • La phase intensive avec une prise de médicaments supervisée par le personnel de santé ;
  • La phase de continuation où le patient est responsabilisé et reçoit le traitement pour 15 jours à un mois sous le contrôle d’un membre de la famille.

Le problème de la TB multi résistante est rare aux Comores. Par contre la coïnfection TB/VIH commence à apparaitre. Au cours du premier trimestre 2011, deux cas de coïnfections sont dépistés sur 35 malades tuberculeux. Le taux de dépistage reste faible (42% des cas attendus dépistés en 2010) par rapport à l’objectif mondial de 75%. La multiplication des cas séropositifs au VIH dans le pays ces derniers temps fait craindre une augmentation des cas de tuberculose dans les années avenirs.

Il y a lieu de souligner que la crise économique mondiale qui frappe les pays et plus particulièrement les Petits Etats Insulaires dépourvus de ressources naturelles, ne favorisent pas la mobilisation de ressources locales suffisantes destinées aux contrôles des maladies endémiques et plus particulièrement la tuberculose.