Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Tuberculosis

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Au Congo, la tuberculose reste un problème majeur de santé publique avec une prévalence estimée de tous les cas à 449 pour 100 000 habitants. L’incidence estimée des nouveaux cas TPM+ est de 158 pour 100 000 habitants et 367 cas pour 100.000 habitants TB toutes formes. Le taux de mortalité spécifique est de 69 pour 100.000 habitants et la séroprévalence VIH parmi les tuberculeux de 25% en 2005 [1].

Le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT) a démarré la stratégie DOTS depuis 1992 avec les objectifs chiffrés OMS/UICTMR de 70% le taux de détection et 85% le taux de succès de traitement pour les TPM+ [2]. Le DOTS est établie dans les 12 départements et 41 CSS . En 2005, le taux de détection des TPM+ était de 57%, Pour la cohorte enregistrée en 2004, le succès thérapeutique des TPM+ était de 63 %, le taux des perdus de vue de 29%, le taux de décès de 13%.

La couverture de la population par le Programme nationale de lutte contre la tuberculose (ou par la stratégie DOTS) est actuellement estimée à 60%. En effet, même si chaque département possède une formation sanitaire de prise en charge des cas, ces derniers fonctionnent irrégulièrement.

Enfin, malgré les efforts de l’Etat et de ses partenaires, il sied de souligner que le PNLT est confronté aux faiblesses affectant considérablement les performances du programme, notamment : (i) la faible couverture de la population en stratégie DOTS, (ii) la faible qualité du diagnostic de la microscopie, (iii) l’insuffisance d’organisation et de la gestion de la lutte contre la coïnfection TB/VIH, (iv) l’absence de la surveillance et de la gestion de la tuberculose multi résistante (TB-MR), et (v) la faible implication de la communauté dans la mise en œuvre de la DOTS

Ces performances restent cependant faibles. La maladie n’est pas encore contrôlée et l’épidémie du VIH avec un taux de séroprévalence moyen de 4,2% dans la population générale vient alourdir le fardeau.