Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Le profil de santé doivent être interprétés en tenant compte des insuffisances du système national d'information sanitaire pour la gestion (SNISG) l‘espérance de vie à la naissance 58,39 masculine, féminine 59,55 et les deux sexes 59,53 années, le taux de mortalité infantile de 93 pour 1000 naissances vivantes, la mortalité maternelle de 352 pour 100.000 naissances vivantes (1983).

Il y’a une absence d'un système d’information définie sur la mortalité hospitalière, ainsi que la coordination de l'information des décès par accidents et dans le Conseils de Village avec le Ministère de l'Intérieur à travers la Direction Générale de la Sécurité Routière.

Tableau 1: Les dix principales causes de morbidité
Diagnostic (%)
1. Le paludisme non précisé 34.1
2. Fièvre typhoïde 9.7
3. L'infection aiguë des voies respiratoires supérieures indéterminée 7.6
4. Anémies Non spécifié 3.6
5. Diarrhée et gastro-entérite d'origine infectueuse 3.5
6. Les parasites intestinaux, non spécifiés ailleurs 1.7
7. L'hypertension essentielle 1.4
8. Rhinopharyngite aiguë 1.3
9. Filariose 0.7
10. VIH non spécifiés ailleurs 0.6

Source: Rapport annuel 2010 (SIS)

Dans ce tableau, nous pouvons voir la tendance des dix principales causes de morbidité enregistrés au ambulatoire ou de l'attention nationale dans la population. Dans un autre type d'analyse, les maladies infectieuses représentent plus de 85 % des causes de consultations.

Le paludisme, les infections respiratoires aiguës et les maladies diarrhéiques, représentent seul plus de la moitié des consultations. Le paludisme, comme la principale maladie endémique, représente 61% des consultations.

La prévalence réelle des infections sexuellement transmissibles est inconnue. Le taux de prévalence de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est 7,2% dans la population générale âgés de 15-49 (1997). Taux de létalité de la tuberculose chez les patients sous traitement est plus de 15 %, expression de détection tardive et, éventuellement, d'une coïnfection par le VIH.

Les épidémies de rougeole et de flambées de diarrhée parfois en découler. La couverture vaccinale des maladies évitables par le PEV (Programme Élargi de Vaccination) est variable.