Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Health information, research, evidence and knowledge

From AHO

Jump to: navigation, search

Data are crucial in improving health.[1] The ultimate objective of collecting data is to inform health programme planning as well as policy-making and, ultimately, global health outcomes and equity. A well-functioning health information system empowers decision-makers to manage and lead more effectively by providing useful evidence at the lowest possible cost.

A health information system has been aptly described as "an integrated effort to collect, process, report and use health information and knowledge to influence policy-making, programme action and research". It consists of:

  • inputs (resources)
  • processes (selection of indicators and data sources; data collection and management)
  • outputs (information products and information dissemination and use).

The role of a health information system is to generate, analyse and disseminate sound data for public health decision-making in a timely manner. Data have no value in themselves. The ultimate objective of a health information system is to inform action in the health sector. Performance of such a system should therefore be measured not only on the basis of the quality of the data produced, but also on evidence of the continued use of these data for improving health systems' operations and health status.

The health information system[2]

The availability and use of information enables:

  • improved definition of a population
  • recognition of problems
  • setting of priorities in the research agenda
  • identification of effective and efficient interventions
  • determination of potential impact (prediction)
  • planning and resource allocation
  • monitoring of performance or progress
  • evaluation of outcomes after interventions
  • continuity in medical and health care
  • healthy behaviour in individuals and groups.

It also empowers citizens by enabling their participation in health care, policy and decision processes; and empowers countries and international partners by enabling better transparency and accountability through use of objective and verifiable processes.

Health knowledge gaps are where essential answers on how to improve the health of the people in Lesotho are missing. This is an issue related to the acquisition or generation of health information and research evidence. The “know-do gap” is the failure to apply all existing knowledge to improve people’s health. This is related to the issue of sharing and translation of health information, research evidence, or knowledge. Although there are major structural constraints, the key to narrowing the knowledge gap and sustaining health and development gains is a long-term commitment to strengthen national health information systems.

This section of the health systems profile is structured as follows:

Contents

Résumé d'orientation

The English content will be available soon.

Couverture des enregistrements des faits d’état civil (naissances) en Guinée et dans les pays limitrophes, en pourcentage, 2000-2008
Couverture des enregistrements des faits d’état civil naissances en Guinée et dans les pays limitrophes, en pourcentage, 2000-2008.JPG


Couverture des enregistrements des faits d’état civil (naissances) en Guinée et dans les pays limitrophes, en pourcentage, 2000-2008
Couverture des enregistrements des faits d’état civil décès en Guinée et dans les pays limitrophes, par pays, en pourcentage, 2000-2008.JPG

...: Données indisponibles

Contexte

Organisation structurelle de l'information sanitaire

Sources et génération de données

Gestion des données

Accès à l'information sanitaire mondiale existante, bases factuelles et connaissances

Stockage et diffusion de l'information, bases factuelles et connaissances

Recherche

Utilisation de l’information, bases factuelles et connaissances

Tirer le meilleur parti des technologies de l'information et de la communication

Disponibilité de solutions TI

Observatoire Mondial de la Santé
“La cyber santé pour la santé maternelle et infantile”
Enquête 2013 de l’OMS: Profil pays

1. Politique et stratégie nationales en matière de cyber santé

La Guinée n’a pas encore élaborée une stratégie en Cyber santé. Des fonds n’ont pas encore été mobilisés pour l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie.

2. Systèmes de cyber santé

Le pays ne dispose pas encore d’un système électronique pour l’enregistrement des naissances et décès. Les informations sont recueillies sous format papier au niveau des régions et saisies au niveau central sous format électronique. Le pays dispose d’un système national d’information sanitaire. La Guinée dispose aussi d’un système national de suivi et de gestion des ressources et des dépenses en semi électronique.

3. Politiques et stratégies pour la santé de la mère et de l’enfant

Le pays dispose d’une stratégie nationale pour la sante de la mère notamment la santé et reproduction. Une feuille de route nationale pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale a été élaborée. Ces stratégies ne s’appuient pas sur l’utilisation de la cyber santé.

4. Suivi de la santé de la mère et de l’enfant

Tous les indicateurs liés à la santé de la mère et l’enfant sont répertoriés et suivis sous format papier et électronique.

5. Initiatives de cyber santé pour la mère et l’enfant

Il existe des initiatives financées par des fonds publics et privés (GAVI, APNDS) pour la sante de la mère et de l’enfant. Des numéros d’urgence sanitaires gratuits sont mis à la disposition de la population.

6. Obstacles à la mise en œuvre des services de cyber santé

Les principaux obstacles notés sont la faible implication des décideurs, l’absence du cadre juridique, le manque d’infrastructures, et la faiblesse des moyens financiers.

7. Bases de connaissances /cyber santé pour la sante de la mère et de l’enfant

Le pays ne s’est pas prononcé pour ajouter ses projets et programmes dans cette la base de connaissance élaborée par l’OMS et l’UIT.

8. Formations en Tic au profit des étudiants en science de la santé

Il n’y a pas d’enseignement en TIC dispensé aux étudiants en science e de la santé.

9. Formation continue en TIC au profit des professionnels de la santé

Il n’y a pas d’établissements offrant des formations contenues en Tic au profit du personnel de la santé.

10.Qualité de l’information sanitaire dans Internet

Les pouvoirs publics n’interviennent a aucun niveau pour règlementer et filtrer l’usage de certains contenus. Le pays ne dispose pas des sites web dédiés à la santé de la mère et de l’enfant. Les données relatives à la sante maternelle et infantile ne sont pas publiées officiellement sur Internet.

11.Sécurité en ligne pour la protection des enfants

Le pays ne dispose d’aucune réglementation pour la sécurité en ligne pour la protection des enfants. Par conséquent, les opérateurs télécoms, les fournisseurs des services Internet et les éducateurs ne sont pas tenus de prendre les dispositions techniques et administratives pour assurer la sécurité des enfants dans Internet.

12. Confidentialité des données personnelles médicales

La Guinée ne dispose pas encore d’une réglementation en matière de protection des données personnelles et particulièrement pour les données médicales.

13.Réseaux sociaux et santé mère et enfant

Il n’y a pas dans le pays des programmes en matière de la santé maternelle et infantile s’appuyant sur les réseaux sociaux.

Notes de fin de document : sources, méthodes et abréviations, etc.

References

  1. Everybody’s business. Strengthening health systems to improve health outcomes. WHO’s framework for action (pdf 843.33kb). Geneva, World Health Organization, 2007
  2. Framework and standards for country health information systems, 2nd ed. (pdf 1.87Mb). Geneva, World Health Organization, 2008