Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - General country health policies

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Le 15 décembre 1990, le Gouvernement a adopté une Politique sectorielle de santé et de population, ambitionnant de résoudre les problèmes prioritaires de santé du pays. En 1993, il a défini une nouvelle politique de solidarité pour lutter contre toutes les formes d'exclusion et de marginalisation en vue d'une plus grande justice et d'un meilleur partage. Ces deux politiques ont constitué le cadre de référence de l'ensemble des projets et programmes de développement socio-sanitaire exécutés au cours de ces dernières années.

Depuis 1990, le Gouvernement s'est engagé à soutenir fortement les programmes, plans et politiques de santé avec l'accompagnement des partenaires au développement. L'accent a été mis sur la participation communautaire, l'extension de la couverture géographique par la création de CSCOM et la mise en oeuvre de programmes sanitaires prioritaires.

La politique socio-sanitaire est mise en oeuvre à travers le Programme de Développement Socio-Sanitaire (PRODESS), dont le deuxième volet comporte une Composante Santé et une Composante Développement social. Afin de s'aligner sur l'horizon du CSCRP, le PRODESS II a été prolongé pour couvrir la période 2009-2011.

De plus en plus, il s'avère que des déterminants autres que la santé contribuent à l'atteinte des objectifs pour un mieux-être sanitaire des populations maliennes, notamment la politique de solidarité en faveur des couches vulnérables (indigents, personnes âgées, pauvres, handicapés, mendiants, enfants et femmes en situation difficile).

  • Forces:
    • Création d'une synergie impliquant tous les acteurs;
    • Existence d'une pyramide sanitaire avec des performances;
    • Accompagnement social et communautaire de la santé;
    • Participation de la société civile
    • Existence de services sociaux spécialisés dans les hôpitaux nationaux.
    • Le rôle des collectivités décentralisées (Politique de santé et d’action sociale 1998)
    • Existence d’une politique nationale de lutte contre la pratique de l’excision ;
    • Existence d’une politique nationale genre ;
    • Existence d’une loi instituant l’assurance maladie
  • Faiblesses:
    • Insuffisance dans la prise en charge des personnes démunies dans les services de santé.
    • Insuffisance dans l'organisation de l'offre de soins et des services;
    • Insuffisance en nombre des spécialistes pour faire face aux besoins de développement des services spécialisés;
    • Inadaptation des procédures de gestion;
    • Non application des statuts du personnel des EPA ;
    • Infrastructures et équipements vétustes et d'origine disparates, sans maintenance.

La faible coordination, le manque de ressources clairement identifiables et affectables à la réalisation des thèmes prioritaires de recherche ont conduit à un développement anarchique des activités de recherche dont le résultat a été une faible intégration des résultats dans le processus d'innovation du système de santé et une faible valorisation des chercheurs. Le faible accès des femmes aux organes de décisions notamment au sein des ASACO, alors même qu'il est démontré qu'elles constituent un formidable levain pour la mobilisation sociale en plus du fait qu'elles constituent les principales utilisatrices des services;

Le faible taux d'utilisation des services curatifs ( en moyenne 0,30 nouveau cas par an et par habitant ) lié à la faible mobilisation des populations .expliqué par une étude récente qui conclut la non consolidation des approches communautaires;

  • Recommandations:
    • Intensifier les activités de promotion de la planification familiale
    • Rendre accessible les services de soins
    • Former les spécialistes en fonction des besoins
    • Assurer la maintenance des équipements
    • Renforcer la prise en charge des personnes démunies dans les formations sanitaires à tous les niveaux (national, régional et local);
    • Recherche de financement pour la mise en oeuvre de la politique nationale de mobilisation sociale pour la promotion de la santé.