Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Community ownership and participation

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Mauritanie 3450.jpg

L’accessibilité géographique des services de santé pourrait être considérablement améliorée par des activités avancées et mobiles mais également par une approche communautaire systématique portée à l’échelle au niveau national.

Dans les années 80, la Mauritanie avait adopté un système d’extension de l’offre de soins au niveau communautaire basé sur des Unités de Santé de Base (USB) gérées par des agents de santé communautaires prodiguant des Soins de Santé Primaires (SSP) aux populations éloignées des postes et centres de santé. Actuellement, les USB ne fonctionnent que lorsqu’elles sont soutenues par des partenaires.

Actuellement, le délaissement de l’approche communautaire comme stratégie de soins complémentaire au système de santé constitue un véritable goulot d’étranglement au développement d’interventions efficaces et nécessaires. Les services délivrés par et pour la communauté nécessitent le développement d’une approche communautaire sous-tendue par la mise en œuvre d’une stratégie cohérente et pertinente de communication visant le changement social et de comportement des populations; en Mauritanie, l’analyse montre que ces deux axes ont été délaissés ces dernières années au profit d’actions plus “médicalisées” et plus coûteuses.

La participation de la population à la gestion des centres de santé est l'un des aspects essentiels de l'IB. En dehors du fait que cette participation est mal définie et souvent confondue avec la participation financière, de nombreux problèmes subsistent. Cette notion constitue un obstacle essentiel à la mise en œuvre de l'IB. Plusieurs évaluations semblent parfaitement montrer que les populations ne sont encore que très rarement parties prenantes des décisions.

Mais la participation communautaire va au-delà de la contribution financière pour inclure les investissements communautaires en force et temps de travail, en nature, en matériel et en services rendus par la communauté. Cette participation financière des ménages générerait près de 5% du budget public de la santé. Cependant, ni les montants, ni la structure des dépenses de santé des ménages ne sont connus avec précision.

Le PNDS 2012-20 a identifié l’approche communautaire comme étant un élément clef du renforcement du système de santé, ce qui implique qu’une stratégie nationale soit adoptée dans ce domaine.

La redynamisation de l’approche communautaire profitera de l’expérience passée pour relancer cette approche qui reste prioritaire dans un environnement marqué par un « éparpillement » des populations et une faible utilisation des services, en particulier des services préventifs.

Les comités de santé seront redynamisés à tous les niveaux et seront accompagnés pour jouer pleinement leurs rôles dans un objectif de pleine participation des communautés dans la gestion du système de santé ; une stratégie communautaire consensuelle sera élaborée pour asseoir les principes, les critères, les mécanismes et les composantes de mise en œuvre de cette approche communautaire.