Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Neglected tropical diseases

From AHO

Jump to: navigation, search

Les maladies tropicales négligées qui connaissent une attention particulière en Mauritanie[1], sont : la schistosomiase, la rage et le trachome.

La première enquête nationale sur la maladie réalisée en 1990, a recensé 8301 cas de dracunculose dans 511 localités. Depuis juin 2004, aucun cas de la maladie n’a été notifié par le Programme national de lutte contre le ver de Guinée. Le 10 octobre 2009, la Mauritanie a été certifiée pays exempt de transmission de la dracunculose par La Commission Internationale de certification OMS Genève, après une série d’évaluations par des Equipes Internationales de Certification EIC de l’OMS.

Les schistosomiases, en particulier la schistosomiase intestinale, connaissent une recrudescence inquiétante à la faveur de la mise en valeur du fleuve Sénégal avec des taux allant de 30% jusqu’à plus de 90 % d’infestation à S. mansoni chez les enfants de moins de 9 ans, dans les régions du Sud de la Mauritanie. La forme urinaire est endémique dans toutes les régions du pays avec des prévalences pouvant aller au-delà de 70% dans certaines localités (….).

Endémique en Mauritanie, la rage a été établie dans 06 prélèvements sur 18 cas de morsures par animal suspect rapportés entre 2007 et 2009, dans quatre régions du pays. Sur 125 animaux de différentes espèces animales, suspects de rage, enregistrés de 2001 à 2009, 62% se sont avérés positifs au diagnostic virologique de la rage[2].

Cause importante de cécité, en particulier dans les groupes défavorisés de la population, le trachome sévit sous forme de poches hyper-endémiques, principalement, dans les zones du centre et du nord du pays. Des enquêtes réalisées en 2004-2005 dans le pays, montrent une prévalence de 18% de trachome, toutes formes confondues. Apres trois années de traitement de masse et de campagnes de chirurgie de trichiasis, une autre série d’enquêtes d’impact a été réalisée et a montré qu’il persiste des zones où la prévalence du trachome est encore supérieure à 10 %.

La situation d’éradication de la pathologie du Ver de Guinée en Mauritanie, est le résultat d’un effort multisectoriel qui a été entrepris depuis plus de quinze ans, centré sur des interventions à base communautaire.


References

  1. PNDS 2012-2020
  2. CNERV 2009