Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Partnerships for health development

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

C’est dans le cadre de l’approche sectorielle introduite en 1998, que la vision de santé publique dans ses composantes de restructuration stratégique et organisationnelle du secteur, de maîtrise des interventions dans le secteur, de poursuite de la politique de décentralisation des ressources et de renforcement des capacités de gestion, à tous les niveaux, s’est véritablement matérialisée dans un partenariat impliquant plusieurs secteurs ; un partenariat à long terme sans exclusive pour un système de santé performant, cherchant à adapter le cadre de mise en œuvre de la Déclaration de Ouagadougou à la réalité mauritanienne pour redynamiser les Soins de Santé Primaires.

La multisectorialité dans la réponse aux problèmes de santé qui ont leurs causes et/ou leurs conséquences liées à d’autres secteurs, n’est pas effective[1]. En effet, le secteur privé et la société civile ne sont pas ou faiblement impliqués dans la recherche de solutions aux problèmes.

Par ailleurs, des mécanismes de coordination intra-sectorielle, intersectorielle et extra-gouvernementale des actions de santé, ont montré leur inefficacité pour plusieurs raisons dont certaines relèvent du Ministère de la santé et d’autres exogènes.

Malgré l’existence d’organes de coordination entre les Partenaires Techniques et Financiers de la santé visant l’harmonisation de leurs interventions et l’alignement sur les priorités nationales du secteur, ces dernières ne sont pas toujours respectées[2], et les PTF ne sont pas suffisamment impliqués dans le pilotage du Département. Leur souci majeur était de développer des actions individuelles considérées visibles.

Le Partenariat international pour la santé (International Health Partnership – IHP+) va encore plus loin que l’approche sectorielle en établissant des contrats par pays afin de simplifier la gestion de l’aide en faveur de la santé. En adhérant, le 17 mai 2010 à l’Initiative IHP+ par la signature du Compact Global, la Mauritanie, s’est engagée à élaborer un Pacte National (Compact National) qui sera la concrétisation de ce partenariat au niveau national.

Plusieurs contraintes dans le développement du partenariat persistent et sont, généralement, liées à l'insuffisance des ressources humaines pour la santé et à la relative faiblesse de la circulation de l'information par les acteurs de la coopération.

Dans toutes les politiques de santé développées jusqu’à ce jour, il n’a jamais été clairement défini une stratégie de développement du partenariat.

Le secteur privé, en continuelle expansion, se cantonne dans le champ des soins curatifs sans aucun lien formel avec le secteur public hospitalier, à part certains dispositifs de coordination dans le domaine de la dialyse. Il ne joue aucun rôle dans la mise en œuvre des activités de prévention et de promotion sanitaire dans le pays.

Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, la seule action perceptible se limite aux conventions de prise en charge des malades évacués pour des soins non réalisables sur place.


References

  1. Rapport d’analyse de situation du secteur de la santé en Mauritanie, 2011 Page 67
  2. PNDS 2012-20