Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Risk factors for health

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

Les facteurs de risque pour la santé dans notre pays sont, généralement, liés aux facteurs environnementaux et/ou aux changements comportementaux des individus et des collectivités.

Parmi ces facteurs, la consommation de tabac est l’un des plus visibles car, 17,8% de la population sont des fumeurs quotidiens, avec un âge moyen du début de la consommation de tabac à 17,6 années[1]. La consommation de tabac non fumé est peu utilisée, et concerne 8% des hommes et femmes, avec une prédominance féminine nette.

Les déséquilibres nutritionnels, avec prépondérance de la malnutrition protéino-calorique, des carences en micronutriments (fer, vitamine A, iode, …) et des surcharges pondérales, favorisent l’apparition de maladies infectieuses et parasitaires, en particulier chez les enfants de moins de 5 ans. Les fruits et légumes sont consommés, à raison de 5 portions ou plus quotidiennement, par seulement 2,9% de la population, alors que 72% des personnes ne consomment pas du tout de fruits et légumes, et 19,2% ne consomment quotidiennement qu’une à deux portions[1].

La quasi-totalité de la population utilise des huiles végétales pour la préparation des repas à la maison. Ces nouvelles habitudes alimentaires constatées depuis quelques décades, favorisent l’apparition des dyslipidémies, d’autant plus que les mauritaniens sont de grands consommateurs de viande de mouton riche en cholestérol.

La grande majorité des mauritaniens, 47,5% chez les hommes et 52,9% chez les femmes, a un niveau d’activité physique limite, et cette activité se fait essentiellement lors des déplacements pour aller au travail ou pendant le travail. Seuls 9% des jeunes de 15-24 ont une activité physique lors des loisirs[1].

En moyenne, les hommes et femmes mauritaniens consacrent presque trois heures par jour à des activités sédentaires, alors que 95% des hommes et 96% des femmes ne font jamais une activité physique de forte intensité[1], ce qui est inquiétant, car c'est l'activité physique de forte intensité qui donne des effets cardio-vasculaires.

6,7% de la population ont des antécédents d’HTA diagnostiquée par des professionnels de santé et seulement, 38.9% parmi ces personnes sont sous traitement médical prescrit par un professionnel de santé[1]. 18.8% parmi les personnes qui ont été diagnostiquées d’hypertension artérielle ont consulté un guérisseur traditionnel, dont 17.3% suivent un traitement traditionnel.

Le diabète diagnostiqué par un professionnel de la sante touche 1,9% des hommes et femmes mauritaniens, parmi lesquels, 20% sont sous insuline[1].

En matière d’hygiène et d’assainissement, le cadre institutionnel et juridique est déficient. Le code national de l’hygiène n’a connu que très peu d’application. Il faut noter que l’absence de stratégies nationales dans les domaines (i) des ordures ménagères, (ii) d’hygiène Hospitalière, (iii) des déchets biomédicaux ou de déchets spéciaux, et (iv) de mécanismes de contrôle de la qualité des aliments pose de grands problèmes de santé publique.

Certains problèmes de santé se caractérisent par l’association de plusieurs facteurs de risque, rendant leur abord plus complexe. Telle la mortalité maternelle, qui est influencée par les grossesses à risque (grossesses précoces et rapprochées), l’insuffisance dans le dépistage et le suivi de ces grossesses, l’hypertension artérielle (éclampsie en particulier), l’anémie, la faible accessibilité aux soins obstétricaux d’urgence (SOU) de qualité, en particulier la césarienne, et qui sont les principales causes immédiates de décès périnataux.

Par ailleurs, la mauvaise répartition du personnel – en particulier les sages-femmes – constitue un des principaux handicaps au développement des soins obstétricaux d’urgence aux niveaux périphérique et secondaire de la pyramide sanitaire, aggravée par les considérations socioculturelles et la faible disponibilité des banques de sang.

References

  1. 1.0 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 Enquête sur les Maladies non Transmissibles selon l’approche STEPwise à Nouakchott / MAURITANIE – 2006