Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Tuberculosis

From AHO

Jump to: navigation, search

The English content will be available soon.

La Mauritanie est parmi les pays les plus touchés par la tuberculose. Depuis 1998, un Programme National de lutte contre la Tuberculose (PNLT)[1] a été mis en place, organisé à trois niveaux, un niveau central, un niveau intermédiaire (régional) et un niveau périphérique (départemental).

Les actions stratégiques du Programme sont inspirées de la stratégie globale « Halte à la Tuberculose » recommandée par l’OMS et l’UICTMR, et s’articule autour du développement des ressources humaines, de la détection précoce des cas, de la prise en charge et soutien des malades, de l’approvisionnements réguliers en médicaments antituberculeux, matériels, équipements, réactifs et consommables de laboratoire, et du Suivi – Evaluation des activités du PNLT.

Les données sur la tuberculose en Mauritanie ne sont pas précises, avec une estimation de son incidence à 149 cas pour 100 000 habitants pour les TPM+ et une prévalence à 234,5 cas pour 100 000 habitants[2].

Les résistances primaires sont de 9% et les résistances secondaires de 31%, en plus de l’apparition d’un taux de 5.12 % de souches MDR[3]. Selon une étude effectuée par l’INRSP en 2003, les personnes co-infectées par la TB/VIH représentent 5,3 %.

Les stratégies de prévention, de traitement et de soutien du PNTL consistent à assurer la vaccination au BCG à tous les enfants dès la naissance, assurer la chimioprophylaxie des enfants dont l’un des parents est tuberculeux pulmonaire à crachat positif, assurer le dépistage gratuit des malades tuberculeux, administrer une chimiothérapie de courte durée sous la supervision d’un membre de la famille et assurer le suivi bactériologique des malades.

Par ailleurs, des stratégies sont également développées, telles que la disponibilité des médicaments ATB et produits consommables de laboratoire, l’enregistrement, la notification des cas et l’analyse des résultats du traitement, le développement et la promotion de la recherche opérationnelle, la participation de la communauté et des malades tuberculeux dans la prise en charge de la maladie, l’intégration du dépistage VIH chez les tuberculeux et le renforcement de la surveillance épidémiologique des souches MDR.

L’approche communautaire dans la lutte contre la tuberculose est centrée, essentiellement sur le DOTS. Alors qu’elle doit constituer une composante stratégique du Programme National de lutte contre la Tuberculose et mériter plus d’égards en tant que stratégie de prise en charge globale.

La mise en œuvre, aujourd’hui, des stratégies de lutte contre la maladie a contribuée de façon mitigée à l’amélioration de la prise en charge des malades de la tuberculose à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

En effet, le taux de succès thérapeutique est passé de 62,7%[4] à 68% en 2010[5]. Le taux de notification des TPM+ et des Tb toute forme, est en baisse régulière depuis 9 ans, respectivement, de 3,2% et 3,9%[5], et le taux des tuberculeux testés pour le VIH est très insuffisant à 12%, selon la même revue du programme en 2010.


References

  1. Association Contre la Tuberculose et les Maladies Epidémiques
  2. Estimation PNTL, Janvier 2011
  3. Etude du LNR/INRSP de Mauritanie -2006
  4. Rapport PNLT-2007
  5. 5.0 5.1 Revue PNLT Mauritanie - Novembre 2010