Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Système de financement de la santé

From AHO

Jump to: navigation, search

Le contenu en Français sera bientôt disponible.

A good health financing system raises adequate funds for health, in ways that ensure people can use needed services and are protected from financial catastrophe or impoverishment associated with having to pay for them.[1] Health financing systems that achieve universal coverage in this way also encourage the provision and use of an effective and efficient mix of personal and non-personal services.

Three interrelated functions are involved in order to achieve this:

  • the collection of revenues from households, companies or external agencies;
  • the pooling of prepaid revenues in ways that allow risks to be shared – including decisions on benefit coverage and entitlement; and purchasing;
  • the process by which interventions are selected and services are paid for or providers are paid.

The interaction between all three functions determines the effectiveness, efficiency and equity of health financing systems.

Health system inputs: from financial resources to health interventions

Like all aspects of health system strengthening, changes in health financing must be tailored to the history, institutions and traditions of each country. Most systems involve a mix of public and private financing and public and private provision, and there is no one template for action. However, important principles to guide any country’s approach to financing include:

  • raising additional funds where health needs are high, revenues insufficient and where accountability mechanisms can ensure transparent and effective use of resources;
  • reducing reliance on out-of-pocket payments where they are high, by moving towards prepayment systems involving pooling of financial risks across population groups (taxation and the various forms of health insurance are all forms of prepayment);
  • taking additional steps, where needed, to improve social protection by ensuring the poor and other vulnerable groups have access to needed services, and that paying for care does not result in financial catastrophe;
  • improving efficiency of resource use by focusing on the appropriate mix of activities and interventions to fund and inputs to purchase;
  • aligning provider payment methods with organizational arrangements for service providers and other incentives for efficient service provision and use, including contracting;
  • strengthening financial and other relationships with the private sector and addressing fragmentation of financing arrangements for different types of services;
  • promoting transparency and accountability in health financing systems;
  • improving generation of information on the health financing system and its policy use.

Cette section sur le Système de financement de la santé est structurée comme suit:

Contents

Résumé analytique

Le financement du secteur de la santé en Mauritanie provient de plusieurs sources, principalement, le gouvernement, les ménages, l’assurance-maladie et les PTF.

Les systèmes de financement souffrent de l’absence de politiques et de plans stratégiques globaux de financement de la santé, à la non institutionnalisation des comptes nationaux de la santé pour suivre de près les dépenses de santé, au caractère restreint de la décentralisation financière et au faible montant des budgets nationaux alloué à la santé, particulièrement aux services des niveaux primaire et secondaire qui manquent de capacités de planification, de budgétisation et de gestion financière, à l’inefficacité de l’aide extérieure occasionnée par la faiblesse de l’harmonisation et de l’alignement sur les priorités nationales, ainsi que par la faiblesse des mécanismes de coordination du soutien des partenaires au secteur de la santé.

Entre 1990 et 2000, la dépense publique de santé semblait progresser en rapport avec le PIB, phénomène directement lié à l’accroissement des investissements provenant de l’extérieur, alors que les dépenses de fonctionnement sont restées stables par rapport au PIB durant cette période[2], malgré l’apport du Système de Recouvrement des Coûts qui a connu une nette augmentation.

Ce n’est que dans la période 2001-2004, que les allocations de l’Etat ont progressées amenant le Ratio Investissement/fonctionnement de 1,2 entre 1993 et 2001, à 0,8 entre 2001 et 2004. Durant cette période les dépenses publiques de santé ont connues un début de rééquilibrage en faveur des niveaux opérationnels par l’augmentation des budgets régionaux et la revitalisation des hôpitaux régionaux.

Selon le rapport de la RDPS 2005-2010, la DPS, toutes sources confondues et toutes institutions confondues, est passée de 10,7 milliards d’Ouguiya (MRO) en 2005 (2,3% du PIB) à 27,4 milliards de MRO en 2010 (2,8% du PIB) (Tableau n° 3.7.1).

Tableau 3.7.1 : Evolution de la DPS per capita en MRO constantes et du pourcentage de DPS dans le PIB et dans les dépenses totales de l’Etat, 2005-2010, en MRO courantes
Désignation 2005 2006 2007 2008 2009 2010
DPS 10 771 710 297 10 439 740 899 14 113 049 157 17 049 991 846 18 193 297 371 27 402 193 626
Population 2 .904 306 2 .987 888 3 073 876 3 162 338 3 .251 483 3 .340 627
DPS per capita 3 709 3 494 4.591 5 392 5.595 8.203
Indice Prix Consom. 127,9 135,9 145,8 156.5 159,9 170
Inflation cumulée ... 6,3% 14,0% 22.4% 25,0% 32,9%
DPS per capita MRO 3 709 3 288 4 028 4 406 4 476 6 171
PIB 475 194 000 000 736 265 000 000 733 748 000 000 877 192 000 000 825 842 000 000 995 145 000 000
Dépenses Etat 148 890 953 146 256 498 038.394 194.521 517 751 251 565 732 224 232 594 908 765 256 415 664 705
DPS / PIB 2,3% 1,4% 1,9% 1.9% 2,2% 2,8%
DPS / Dép Etat 7,2% 4,1% 7,3% 6.8% 7,8% 10,7%

Sources : Base de données DPS, Office National de la Statistique (PIB, IPC, Population), Calcul des Auteurs

L’analyse des différentes sources de financement de la DPS montre que les évolutions positives proviennent davantage des efforts déployés par les principaux partenaires techniques et financiers au profit du secteur de la santé (Tableau n° 3.7.2). Leur part a, ainsi, évolué de 14,5% en 2005 à 27,5% en 2010[3].

Concernant la part du Ministère de la santé dans les dépenses globales de l’Etat (2005-2010), à l’exception de l’année 2006 où elle a été seulement 2%, elle est restée quasiment stable, passant de 5% en 2005 à 4% 2010.

Tableau 3.7.2 : DPS entre 2005 et 2010 par source de financement, en MRO courantes
Sources 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Total %
Bud. Etat 7 830 614 645 7 376 580 538 8 416 704 273 9 372 295 340 9 204 285 561 12 572 863 631 54 773 343 988 56%
SRC 906 279 752 1 402 185 884 1 615 867 355 1 979 594 940 2 027 776 759 2 300 589 721 10 232 294 410 10%
CNAM 1 477 538 763 2 315 116 137 3 684 445 865 4 174 947 603 11 652 048 367 12%
PTF 1 564 814 079 1 208 161 537 2 173 358 676 2 526 202 901 1 983 974 653 7 530 304 752 16 986 816 598 17%
Colle Loca 840,000 840,000 840,000 2,340,000 540,000 840,000 6,240,000 0%
Autres 469 161 822 451 972 940 428 740 091 854 442 528 1 292 274 533 822 647 918 4 319 239 832 4%
Total 10 771 710 297 10 439 740 899 14 113 049 157 17 049 991 846 18 193 297 371 27 402 193 626 97 969 983 195 100%

Source : Base de données DPS


Organisation du financement de la santé

Dépenses de santé, tendances et origines des financements

Sources de financement

Mise en commun des fonds

Accords institutionnels et relations prestataires payeurs

Modalités de paiement

Priorités et pistes pour l'avenir

Autres

Notes de fin: Références, sources, méthodes, abréviations, etc.

  1. Everybody’s business. Strengthening health systems to improve health outcomes. WHO’s framework for action (pdf 843.33kb). Geneva, World Health Organization, 2007
  2. Santé et pauvreté en Mauritanie : Analyse et cadre stratégique de lutte contre la pauvreté / Mars 2004
  3. PNDS 2012-2020 – Analyse de la situation