Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Profil Analytique Complète: Niger

De AHO.

Aller à : Navigation, rechercher
Le contenu en Français sera bientôt disponible.

This analytical profile provides a health situation analysis of the Niger and, coupled with the Factsheet, it is the most significant output of the African Health Observatory. The profile is structured in such a way to be as comprehensive as possible. It is systematically arranged under eight major headings:

1. Introduction to country context
2. Health status and trends
3. Progress on the Health-Related MDGs
4. The Health System
5. Specific Programmes and Services
6. Key Determinants(trC)
LocationNiger.gif
Profil statistique
Introduction au Contexte des Pays
Nigermap.jpg

Le Niger, avec une superficie de 1 267 000 kilomètres carrés, est un pays continental situé au cœur de l'Afrique. Il est limité au Nord par l'Algérie et la Libye, à l'Est par le Tchad, au Sud par le Nigeria et le Bénin, à l'Ouest par le Burkina Faso et au Nord-Ouest par le Mali. En 2010, la population du pays est estimée à 15 204 000 habitants et 15 953 590 habitants en 2011. Le Produit Intérieur Brut (PIB) était de 2481 milliards de FCFA en 2009, soit 169 000 FCFA par personne et par an. Le Niger dispose d’importantes ressources minérales (uranium, pétrole, or, phosphate, cassitérite, gypse, natron, fer etc.).

Sur la base des productions agricoles locales la balance nationale, entre les disponibilités et les besoins de consommation locale est négative.

L’élevage deuxième mamelle de l’économie avec l’agriculture présente un potentiel important de cheptel. En 2010, le taux brut de scolarisation est de 72,9% dont 63,9% chez les filles et 81,9% chez les garçons.(trC)

Status sanitaires et tendance

La réduction de la mortalité en général, de celles des enfants de moins de 5 ans en particulier liée au développement des services de santé à travers l’extension de la couverture sanitaire, de la couverture vaccinale et de l’amélioration de la qualité des soins ainsi que l’amélioration des conditions de vie de la population ont permis de rehausser le niveau de l’espérance de vie à la naissance au Niger de 41 ans en 1977 à 58 en 2009.(trC)

Progrès
Progress on SDGs(trT)
Le Système de Santé
Résultats du Système de santé

Le système de santé se subdivise en trois niveaux auxquels les ressources allouées ont permis une amélioration de l’accessibilité de la population aux soins ainsi que l’utilisation de soins curatifs et la couverture des soins préventifs.(trC)

Leadership et gouvernance

L’organigramme du Ministère de la Santé Publique permet au niveau central de piloter avec efficacité le secteur. Toutefois, certaines insuffisances persistent encore malgré la réforme sectorielle engagée depuis le premier PDS (1994 - 2000), telles que:

  1. la verticalité des programmes liée notamment à la spécialisation et aux conditionnalités de certains Partenaires Techniques et Financiers (PTF);
  2. les insuffisances du contrôle et de la supervision des formations sanitaires publiques et privées;
  3. les insuffisances dans l’organisation et la gestion des établissements de soins;(trC)
Appropriation et participation communautaires

Le système communautaire de santé au Niger repose sur les cases de santé. Elles sont tenues par des Agents de Santé Communautaires qui sont de plus en plus remplacés par des infirmiers diplômés. Elles ont pour rôle d’assurer la prestation des services de santé primaires à proximité de la communauté.

Il existe également d’autres structures communautaires fonctionnelles qui, en plus des cases de santé, jouent un rôle actif dans les activités habituellement menées dans le cadre des programmes de santé à savoir les comités de santé et les organisations à base communautaire. Cependant il faut noter une faiblesse de la participation communautaire liée au non adoption des textes concernant la participation communautaire et à la méconnaissance de rôle et responsabilité par les acteurs.(trC)

Partenariat pour le développement de la santé

Les activités de développement sanitaire sont menées dans un cadre de partenariat formel. Afin de respecter les engagements relatifs à la Déclaration de Paris, le Niger a signé le Compact global en mai 2009 et le Compact Pays en avril 2011 engageant ainsi aussi bien le Gouvernement que ses partenaires pour le financement et la mise en œuvre du PDS 2011-2015.(trC)

Information sanitaire, bases factuelles et connaissances
DSC03786.JPG

La création d’un environnement propice à l’accès à l’information notamment sanitaire est au centre des préoccupations du gouvernement. C’est pourquoi, il a été adopté en janvier 2004, un plan national de développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) appelé plan NICI pour assurer l’accès universel aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) afin plus précisément :

  • d’étendre la couverture des infrastructures de communication ;
  • et de faciliter l’accès aux services de communication (téléphonie, Internet).

Un des axes stratégiques du plan NICI est la promotion de l’utilisation des TIC dans les secteurs sociaux de base dont la santé où il est prévu le développement de la télémédecine, de rendre accessible aux populations l’information sur les médicaments génériques, de promouvoir la santé de la reproduction et d’améliorer la base de données des statistiques sanitaires.(trC)

Système de financement de la santé

Les ménages et l’Etat demeurent les principales sources de financement de la santé.

Les ressources allouées ont permis l’amélioration de la couverture sanitaire , le développement des ressources humaines, la consolidation du plateau technique ainsi que le renforcement de la législation et de la réglementation ce qui aboutit à l’amélioration de la santé maternelle et infanto-juvénile traduite par la réduction des taux de mortalité (néonatale, infantile, infanto-juvénile et maternelle ) ,ce qui a contribué à l’amélioration de l’espérance de vie.(trC)

Prestations de services

La pyramide sanitaire comprend trois niveaux de soins. Les prestations de service sont basées sur l’Initiative de Bamako sur les Soins de Santé Primaires et sont en conséquence assurées par un réseau d’établissements de soins structuré en 3 niveaux hiérarchisés (national, régional et sous régional).

La mise en œuvre des stratégies mobiles et avancées, l’application du Pays les Moins Avances (PMA) au niveau du Centre de Santé Intégrée (CSI) ainsi que les activités des cases de santé permettent de prendre en charge l’essentiel des problèmes de santé prédominants au sein de la population. L’offre de soins se caractérise par une insuffisance quantitative et qualitative des soins et le coût élevé des prestations(trC)

Ressources humaines pour la santé

L'organisation et la gestion des ressources humaines relèvent conjointement du Ministère en charge de la fonction publique et celui en charge de la santé publique. Afin de motiver les agents le gouvernement a adopté des mesures incitatives.

Tabac parade (1).JPG

Toutefois l’analyse de la situation de la gestion des ressources humaines a mis en évidence les constats suivants:

  • les déséquilibres dans la répartition des effectifs;
  • les insuffisances de personnel qualifié sur des fonctions stratégiques;
  • les déficits qualitatifs dans la production des RHS;(trC)
Produits médicaux, vaccins, infrastructures et équipements (matériels)

Le secteur pharmaceutique est actuellement régi par deux textes qui ont été élaborés en 1995: la Déclaration de Politique Pharmaceutique Nationale (DPPN), le plan Directeur Pharmaceutique National (PDPN).[1]

L’approvisionnement se fait essentiellement à travers deux réseaux officiels, public et privé, et un réseau informel illicite de plus en plus important dans le pays. En matière d’infrastructures, des efforts considérables ont été consentis pour construire, réhabiliter, équiper selon les normes. Des équipements biomédicaux ont été installés conformément à la politique sanitaire.(trC)

Politique nationale de santé

Pour prendre en compte les engagements internationaux auxquels il a souscrit, notamment ceux en rapport avec l'atteinte des OMD, le Niger a opté, en 2002, pour la poursuite des Soins de Santé Primaires et le développement des districts sanitaires, politique déjà en vigueur dans le pays depuis les années 1990 sous le vocable d’ « auto encadrement sanitaire »

Cependant, la mise en œuvre de cette politique n'a pas eu l’impact attendu sur les principaux problèmes de santé, particulièrement la mortalité maternelle.(trC)

Couverture universelle

Il n’existe pas une véritable politique de couverture universelle. L’insuffisance de la couverture sanitaire, le faible revenu de la population et la faible protection sociale de la population face au risque maladies sont les principaux obstacles à l’accès aux services de santé. Même le développement des systèmes de micro-financement de la santé n’est qu’à ses débuts.

Les principaux acteurs dans le domaine sont: l’Etat, les bénéficiaires, les collectivités, les assurances et les mutuelles de santé. Il est à noter que la dépense de santé passant par la sécurité sociale et le système privé d’assurance maladie représente une part très marginale de la dépense globale de santé.

Cependant, il existe un système pour le développement des mutuelles de santé placé sous la tutelle du ministère chargé de la fonction publique.(trC)

Programmes Spécifiques et Services
VIH/SIDA

Le taux de séroprévalence du SIDA qui en 2002 était de 0,87% est passé à 0,70% en 2006. Cette stabilisation de l’épidémie est la résultante de l’engagement politique au plus haut niveau à travers le rattachement de la coordination du programme à la Présidence de la République ayant permis d’élever au rang des priorités la lutte contre les IST/VIH/SIDA.

La mobilisation communautaire et la souscription du Niger aux engagements internationaux, particulièrement la Déclaration des Nations Unies sur le VIH/SIDA, la Déclaration des Chefs d'Etat africains d'Abuja, la déclaration du millénaire pour le développement, l’initiative « three by five », les principes du «three ones» ont fortement contribué au renforcement de la lutte.(trC)

Tuberculose

Face à l’incidence élevée de tuberculose, le Niger a mis sur pied et continue de mettre en œuvre un programme structuré dont le but est de réduire la morbidité et la mortalité dues à la TB à travers un rehaussement du taux de notification et une amélioration du succès thérapeutique.

Les rapports publiés par le programme et confirmés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montrent une nette augmentation de la notification des cas pulmonaires à microscopie positive sous Directly Observed Treatment Supervisors (DOTS) au cours des 5 dernières années.

En dépit des efforts déployés, des problèmes persistent encore notamment l’insuffisance de l’offre de diagnostic, du contrôle de qualité des examens microscopiques et de la collaboration TB/VIH.(trC)

Paludisme
DSC04202.JPG

Le Niger fait partie des pays endémiques du paludisme de la Région Africaine de l’OMS. Il a inscrit la lutte antipaludique dans sa déclaration de politique sectorielle de santé. Au Niger, le paludisme est toujours au premier rang des motifs de consultation, d’hospitalisation, de décès et d’absentéisme tant scolaire que professionnel. Face à cette situation, le pays a mis en œuvre des politique et plans stratégiques et s’est également engagé dans le mouvement mondial: «Roll Back Malaria».

L’évaluation du programme national de lutte contre cette maladie, a montré des progrès en termes d’effet comme le taux de létalité du paludisme qui est passé de 0,27% en 2005 à 0,13% en 2008 puis à 0,1% en 2010. Parmi les faiblesses relevées on peut citer: la faible capacité de diagnostic biologique du Paludisme et l’insuffisance de l’assainissement.(trC)

Vaccination et développement de vaccins
DSC02352.JPG

Les maladies évitables par la vaccination constituent un véritable problème de santé publique au Niger. En effet, elles font partie des principales causes de morbidité et mortalité particulièrement chez les enfants de moins de 5 ans. Afin de les combattre, le Pays a mis en place un Programme Elargi de Vaccination et a adhéré au nouveau cadre stratégique de vaccination dans le monde «Vision et Stratégie Mondiale pour la Vaccination» (GIVS), adopté par l’Assemblée Mondiale de la Santé en 2005.(trC)

Santé des enfants et des adolescents

Les enfants payent un lourd tribut dû à la diarrhée, à la fièvre, à la toux, aux IRA, à la malnutrition et aux maladies évitables par la vaccination. Quant aux adolescents, les principaux problèmes auxquels ils font face, sont: les IST et le VIH/SIDA, les problèmes en Santé de la reproduction et la toxicomanie.

Pour la prise en compte des besoins de l’enfant, du jeune et de l’adolescent des documents de politiques et de stratégies suivants ont été élaborés: le plan stratégique PCIME, le document de stratégie nationale de la survie de l’enfant, la politique nationale de nutrition, le plan pluri annuel complet du PEV 2011-2015 et le plan stratégique en santé des adolescents et des jeunes PNDS 2011-2015.(trC)

Santé maternelle et des nouveaux-nés
DSC 0046.JPG

La politique nationale de santé accorde une très grande priorité à la santé de la mère et de l’enfant.

A cet effet, plusieurs initiatives en faveur de ces deux groupes vulnérables ont été développées dont: la mise en œuvre du programme de la santé de la mère et de l’enfant ,celle du Programme Elargi de Vaccination, de la feuille de route pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle, et l’instauration de la gratuité des soins ayant permis d’améliorer l’état de santé de la mère et de l’enfant .

Néanmoins au Niger, le taux de mortalité de la mère et le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans restent encore très élevés.(trC)

Genre et santé des femmes

Afin d’améliorer l’accessibilité et l’utilisation des services de santé à ces groupes spécifiques, le gouvernement a favorisé le développement des services de la santé de la reproduction qui a permis le renforcement des activités de la planification familiale (PF), la réalisation des activités IEC en faveur des jeunes et le renforcement des capacités des agents de santé en santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes (SSRAJ), l’amélioration de la prise en charge de la santé de l'enfant à travers la PTME, la PCIME, le Programme élargi de vaccination, l’allaitement maternel exclusif et la prise en charge de la malnutrition et la promotion de ces activités en milieu communautaire.

Toutefois, certaines maladies et problèmes qui sont pourtant évitables comme le paludisme, la pneumonie, la diarrhée, etc., continuent d’affecter les petites filles et les adolescents.(trC)

Maladies épidémiques et pandémiques

Le Niger est confronté toute l’année aux problèmes des épidémies. Les principales maladies en cause selon les saisons sont: La méningite, la rougeole, le choléra et la grippe aviaire. Pour faire face à cette situation un réseau de surveillance épidémiologique, a été mis en place. Un réseau national des laboratoires a également été créé. Un plan national de préparation et de réponse aux urgences sanitaires a été élaboré.

Nouveau né.JPG

La surveillance épidémiologique concerne en priorité les 11 Maladies à Déclaration Obligatoire (MDO), dont celles à potentiel épidémique, à éradiquer et d'autres posant des problèmes majeurs de santé publique. Les types de surveillance utilisés au Niger vont de la surveillance passive en passant par la surveillance par sites sentinelles et à la surveillance à base communautaire.(trC)

Maladies Tropicales Négligées

Plusieurs maladies tropicales négligées font l’objet de surveillance dont : la bilharziose urinaire, l’onchocercose, la filariose lymphatique, les Géohelminthiases, le trachome, les vers intestinaux, le ver de Guinée, la leishmaniose et la lèpre. Dans le cadre de la lutte des projets et programmes ont été mis en œuvres.

Il s’agit entre autres du Programme de lutte contre la schistosomiase et les géohelminthiases, le programme de lutte contre la lèpre, le programme d’éradication du ver de guinée, le programme national de lutte contre la cécité et le programme de dévolution de l’onchocercose.(trC)

Maladies non transmissibles et états de santé connexes

Malgré l’émergence de plus en plus marquée des maladies non transmissibles, la surveillance de ces maladies n’est pas encore bien organisée du fait notamment de l’inexistence de stratégie nationale, de plan ou de programme de lutte intégrée.(trC)

Déterminants majeurs
Facteurs de Risque pour la Santé

Au Niger plus d’un adulte âgé de 45 à 64 ans sur 4 a un risque élevé. Les facteurs de risques sont la consommation d’alcool, l’usage de drogues, la consommation du tabac, le surpoids et l’obésité, l’inactivité physique, la faible qualité des aliments qui très souvent ne sont pas contrôlés et la faible consommation des fruits et légumes. En dehors du tabac, les autres facteurs à risques n’ont fait l’objet d’aucun programme.(trC)

Environnement physique

L’une des préoccupations actuelles du gouvernement est la préservation et la sauvegarde de l’environnement tout en impliquant les populations locales dans toutes les actions.

C’est dans ce cadre que le Plan National de l’Environnement pour un Développement Durable (PNEDD) et la loi cadre relative à la gestion de l’environnement ont été mis en œuvre.(trC)

Sécurité alimentaire et nutrition
Enfant allaitement jumeaux.JPG

Au plan alimentaire et nutritionnel, malgré les actions engagées par le Gouvernement, les partenaires au développement et les ONG, la situation globale reste particulièrement préoccupante.

Depuis la tenue de la Conférence Internationale sur la Nutrition (CIN) à Rome en décembre 1992, le Niger a mis en place un processus d’élaboration d’un Plan National d'Action pour la Nutrition. Élaboré en décembre 2002, ce plan n’a toujours pas été adopté. Une politique nationale en matière d’alimentation et de nutrition a été également élaborée mais n’a pas été non plus adoptée.

Une politique nationale de nutrition vient d’être élaborée. Le caractère disparate et l’efficacité limitée des interventions n’ont pas permis de résoudre significativement les problèmes d’alimentation et de nutrition.(trC)

Déterminants sociaux

Les défis majeurs auxquels le pays fait face sont sa démographie galopante, la pauvreté qui écrase la majorité de sa population ainsi que les inégalités dans les revenus. A ces différents défis s’ajoutent l’insuffisance des ressources et des infrastructures sociales de base et la faible accessibilité aux sciences et technologies dans un environnement exposé aux catastrophes naturelles.

Ces différents déterminants sociaux constituent des obstacles au développement sanitaire. Afin d’améliorer la situation sanitaire du pays dans le cadre d’une bonne gouvernance, il a été développé un partenariat international favorable à la mobilisation des ressources financières pour le secteur et la collaboration intersectorielle à travers la mise en œuvre de certains projets et programmes dont le Projet Démographique Multisectoriel, le Programme Sectoriel eau avec une composante assainissement et la lutte contre la pauvreté.(trC)



References(trT)
  1. Profil du Secteur Pharmaceutique de Pays – OMS – Le Fonds Mondial

References