Trial version, Version d'essai, Versão de teste

Analytical summary - Service delivery

De AHO.

Aller à : Navigation, rechercher


Au Togo, l’offre de services de santé est assurée par les secteurs public et privé. On compte en tout 836 formations sanitaires dont 636 publics (76%) et 200 privés (24%) (Revue annuelle du Ministère 2009).

  • Un secteur public de soins qui représente l’essentiel de l’offre de soins avec plus de 76% des structures de santé, réparties par niveau du système pyramidal de santé : les USP offrant les soins de santé primaires, les CHD, CHR et CHU pour les soins de santé secondaires et tertiaires
  • Un secteur privé (24%) surtout à but lucratif est assez développé et constitué pour l’essentiel d’hôpitaux et de cabinets/clinique, concentré dans la capitale où il existe une plus grande solvabilité de la demande ; la portée véritable de la prestation privée lucrative reste inconnue du fait qu’elle n’est pas reprise dans le Système d’Information Sanitaire ; ce sous-secteur est actuellement peu régulé.

Le Code de la santé, adopté et promulgué en 2009 fournit le cadre réglementaire des prestations de soins au Togo ; mais les textes d’application tardent à être élaborés.

Le Code de la santé, adopté et promulgué en 2009 fournit le cadre réglementaire des prestations de soins au Togo ; mais les textes d’application tardent à venir.

Dans le cadre du renforcement du modèle de district sanitaire, le Ministère de la santé a défini en 2001 le Paquet Minimum d’Activités (PMA) par niveau de soins et des normes en matière de personnel, infrastructure et d’équipement, (document de normes au niveau du district du Togo, 2001).

A l’heure actuelle, les normes sont peu appliquées faute de personnel qualifié et d’équipements. Ce document mérite d’être révisé pour prendre en compte les nouvelles orientations telles que : Soins centrés sur le client, continuum des soins à base communautaire, Soins après avortement, TPI, PTME, santé des personnes âgées, normes applicables au niveau des CHR, CHU et des structures privées...

Forces:

  • Large réseau de prestations de soins avec un fort potentiel du secteur privé confessionnel et associatif
  • Existence d’un cadre politique, normatif et réglementaire de référence (Politique Nationale de la Santé de 1998,Normes sanitaires TG de 2001, code de la santé de 2009, politique d’Approche contractuelle 2002, Politique nationale des interventions à base communautaire 2009, Cadre institutionnel pour l’organisation des services de la santé décrets et arrêtés 1992, Politique et Normes en Santé de la Reproduction, Planification Familiale Infection sexuellement Transmissibles de 2009) pour la gestion de l’offre
  • Volonté politique affirmée de renforcement de l’implication de la communauté dans les prestations de soins (politique nationale des interventions à base communautaire, Septembre 2009 et d’un plan stratégique national des interventions à base communautaire, Août 2010)
  • Existence des institutions de formation du personnel qualifié pour l’offre des services de santé (FMMP, ENAM, EAM, ENSF, Centre de formation en santé publique…)


Faiblesses:

  • Faible qualité des soins (non adéquation du personnel et du plateau technique des services de soins aux normes)
  • Explosion d’une pratique privée informelle nourrie à la fois, par des diplômés sans emploi, des travailleurs du secteur public, et même des personnes sans aucune compétence réelle
  • Insuffisance de l'intégration du secteur privé dans le système de santé (faible partenariat public-privé)
  • Complémentarité non effective entre les différents niveaux de soins (système hospitalier du secteur public, peu performant ; système de référence et contre référence peu fonctionnel, inexistence d’un plan national de référence et contre référence)
  • Non effectivité du suivi/supervision/évaluation et du contrôle du fonctionnement de l’hôpital par l’administration sanitaire
  • Faible motivation des relais communautaires
  • Comportements déviants de certains personnels de santé (paiements illégaux, pratiques privées des fonctionnaires, ...) nuisant à l'accessibilité aux services publics
  • Faible effectivité de l’approche de soins et services centrée sur le client


Recommandations:

  • Améliorer l'accès au paquet essentiel d'activités notamment en renforçant le personnel qualifié, le plateau technique et la réhabilitation des infrastructures existantes
  • Elaborer une carte sanitaire nationale prospective de l’offre sanitaire visant une meilleure planification/ programmation d’actions à mener pour améliorer l’accès des populations aux services de premier contact et de référence
  • Développer une approche qualité (renforcement du monitorage dans les formations sanitaires (USP et hôpitaux); équipes assurance qualité
  • Rendre effective la mise en œuvre de la politique nationale d’Approche Contractuelle en matière de soins et services de santé de 2003
  • Finaliser et mettre en œuvre les textes d’application du Code de la Santé
  • Adopter le document d’avant-projet de loi hospitalière d’avril 2010 et mettre en œuvre la réforme hospitalière
  • Développer l’approche de soins et services centrée sur le client
  • Développer et opérationnaliser un système national de référence et de contre référence